Lectures de Juillet (non exhaustives)

 Bonjour tout le monde!

Voici les premières chroniques littéraires, regroupées exceptionnellement pour moi, puisqu’à l’avenir je ferai des chroniques livre par livre. Truc à l’appareil! XD

Parce que Juillet est passé… très vite. Et vous, que pensez-vous de ces livres?

J’adore ce genre de couverture…

Les insoumis (#1) – Alexandra Bracken

Résumé Goodreads : Depuis que le virus l’a touchée, Ruby est télépathe et capable de manipuler la mémoire d’autrui. En tant que telle, elle aurait dû être éliminée par les autorités sanitaires. Mais grâce à son pouvoir, elle a pu intégré un camp réservé aux cas les moins dangereux. Six ans plus tard, Ruby parvient à s’échapper et rejoint un groupe d’adolescents en cavale menés par Liam. Ensemble, ils rejoignent East-River, une communauté d’adolescents où chacun s’épanouit en apprenant à utiliser ses pouvoirs.
D’abord séduite par l’insouciance qui règne à East-River, Ruby ne tarde pas à comprendre qu’elle et ses amis y sont en réalité menacés. Pour sauver leurs vies, et notamment celle de Liam, dont elle est tombée amoureuse, Ruby devra compter sur des alliés inattendus et prendre le risque de perdre ce qu’elle a de plus cher…

Avis personnel : Bon, tout d’abord, il faut savoir que j’avais déjà essayé ce livre auparavant et que je n’avais pas du tout accroché au début. Je trouvais que le récit à la première personne ne mettait pas en valeur le personnage de Ruby, naïve et plutôt pleurnicharde (mais je suis peut-être aussi carrément dure…).

Donc, pour reprendre un peu le fil de l’histoire, Ruby fait partie de ces adolescents qui ont survécu au terrible virus mortel qui tue tous les moins de vingt ans et ravage les Etats-Unis. On ne parle pas des autres pays, non. Ou alors je n’avais pas remarqué cet infime détail.

Toujours est-il que Ruby a survécu, mais au prix fort puisqu’elle s’est fait interner dans une sorte de camp pour « monstres », où on traite les enfants/ados comme des moins-que-riens, avec châtiments corporels et tout le tralala. La plupart des parents n’ont rien fait pour éviter l’internement de leurs enfants, voire les ont livrés, tout simplement. Attendez deux secondes… Tous les parents considèrent leurs enfants comme des monstres ?! Et la mère parfaite alors, elle n’existe plus aux Etats-Unis ?!

… A supposer que non. Mais merci à Alexandra Bracken d’avoir quand même incorporé un personnage que ses parents ont caché parce qu’ils l’aimaient. C’est déjà ça de pris.

Chubs, oui. Je ne vais pas spoiler ni quoi que ce soit (je déteste qu’on me le fasse alors autant rester concise), mais ce qui a vraiment remonté la barre de ce premier tome, ce sont les personnages. Chubs, que j’ai adoré, Liam, un petit coup de cœur alors que d’habitude je suis beaucoup plus portée sur les méchants, et Zu, l’adorable Zu… Mais je n’ai pas accroché avec Ruby. Désolée. Elle est toujours dépassée par ses pouvoirs, s’apitoie sans arrêt sur son sort sans chercher à comprendre le monde qui l’entoure… Et ça bloque.

Un avis assez mitigé donc, surtout que ce livre ne prend pas de direction précise. Les personnages n’ont qu’une idée très vague de ce qu’ils veulent faire, d’où ils veulent aller, et le roman suit cette trame. Il n’y a pas de réels objectifs, on a l’impression que l’auteur a écrit dans le flou. Mais après tout peut-être n’est-ce qu’une impression ?

Autre point qui m’a beaucoup refroidi : les camps. Cette violence gratuite envers les adolescents : non. Et les adolescents eux-mêmes qui assassinent pour y répondre, comme ces oranges qui tuent sans pitié, ce n’est plus un futur apocalyptique, je suis désolée ; c’est de la violence bête et méchante. La dystopie (cf 1984) est un genre qui vise à prévenir les erreurs du futur, montrer ce qui pourrait se passer si les hommes abusaient de telle ou telle « chose ». La technologie, par exemple. Là, on a plutôt l’impression qu’il s’agit d’une dystopie choc qui n’a d’autre ambition que d’être… une dystopie choc. Sans doute que ça se vend mieux… Mais la surenchère de violence dans le genre, non.

Que dire ? Je n’ai pas vraiment détesté Les insoumis (The darkest minds, en anglais) mais pas apprécié non plus. Malgré le fait que ma critique puisse passer pour un véritable coup de gueule, il faut garder ces éléments un peu abusifs en tête et lire pour avoir un avis. Je reste sur le mien.

Note :  Plutôt 3/5. Certains personnages m’ont laissé une très bonne impression, malgré les quelques points qui m’ont fortement déplu.

Ensemble plutôt original…

A.N.G.E. (#1) – Anne Robillard

Résumé Goodreads : À l’insu des habitants de la Terre, des hommes et des femmes travaillant pour l’Agence Nationale de Gestion de l’Étrange (mieux connue sous le nom de l’A.N.G.E.) veillent sur l’humanité. Peu importe le pays où ils sont affectés, ces courageux agents secrets la protègent des ténébreuses machinations des serviteurs du Mal.
Lors d’une enquête de routine sur les enseignements trompeurs d’un prétendu gourou, les agentes Océane Chevalier et Cindy Bloom de Montréal découvrent que les sombres événements prédits par des textes bibliques sont sur le point de se produire. Leurs collègues, Yannick Jeffrey et Vincent McLeod, se joignent alors à elles et se heurtent rapidement à la puissance du Faux Prophète.
Aux tueurs de l’Alliance s’ajoutent bientôt des intervenants inattendus qui plongent l’A.N.G.E. dans l’incertitude. Quelle est en effet la véritable mission de l’envoyé du Vatican qui s’intéresse lui aussi aux crimes de l’Alliance? Qui est vraiment cet homme en noir qui apparaît aux agents de l’A.N.G.E. lorsqu’ils sont en difficulté? L’Agence pourra-t-elle arrêter la percée de l’Antéchrist en Amérique?

Avis personnel : Encore un livre que j’ai difficilement lu. Non, je ne suis pas si compliquée que ça en lecture. Mais c’est vrai que je suis assez déçue d’avoir enchaîné deux lectures que je n’ai pas aimé en si peu de temps. Heureusement, la barre a été remontée par la suite.

Ici, le point qui fâche, c’est l’écriture. Je n’ai pas lu Les chevaliers d’émeraude, la série phare et apparemment mondialement connue de l’auteur. Ça ne me donne pas envie du tout, surtout après avoir lu ce premier tome. J’ai eu l’impression que j’aurai pu moi-même remanier certains passages pour qu’ils soient plus entraînants et moins… je ne sais pas, mais franchement, ç’aurait pu être perfectionné. Il y a un abus de points d’exclamations, l’action avance trop vite dans certains chapitres (deux paragraphes et c’est déjà terminé !) alors que d’autre nous font languir… J’avoue que j’ai vraiment eu un problème avec cette manière d’écrire, ce qui est quand même la base d’un roman.

Sinon, les idées étaient bonnes. J’ai bien aimé le personnage de Yannick, je crois que c’est tout. C’était un peu confus, aussi. Oui, cette critique ne donne pas envie de lire ce livre, j’en suis bien consciente. Mais ce sont mes impressions. J’ai été drôlement désappointée.

Note : 2/5. Pour les idées, évidemment.

 

Que pensez-vous de la couverture? Personnellement, ce n’est pas ce qui m’a attirée…

The Mortal Instruments (#1) – Cassandra Clare 

Résumé éditorial : Clary n’en croit pas ses yeux. Elle vient de voir le plus beau garçon de la soirée commettre un meurtre. Et, détail terrifiant : le corps de la victime a disparu d’un seul coup !

Mais le pire reste à venir… Sa mère a été kidnappée par d’étranges créatures et l’appartement complètement dévasté.

Sans le savoir, Clary a pénétré dans une guerre invisible entre d’antiques forces démoniaques et la société secrète des Chasseurs d’Ombres… Une guerre dans laquelle elle aura un rôle fatal à jouer.

Avis personnel : Autant être honnête dès le début : j’ai mis beaucoup de temps à lire ce livre. Mais ça ne veut pas dire que je ne l’ai pas apprécié, loin de là.

J’avais vu beaucoup d’avis positifs de lecteurs qui avaient adoré, c’est pourquoi je n’ai pas mis longtemps à l’acheter. Le temps de m’y mettre, trois mois étaient passés (lente, moi ? Noooon…). J’ai commencé, pas vraiment accroché, même si l’histoire m’intriguait. Et puis je me suis dit qu’il fallait que je le lise jusqu’au bout pour vraiment donner mon avis, moi qui déteste ceux qui critiquent sans avoir terminé un livre.

Et j’ai bien fait.

Je n’ai accroché qu’à partir du chapitre 12 (sur 23 donc oui, le bouquin était déjà bien avancé !) mais après j’ai été emporté. Je voulais savoir ce qui allait se passer. Certains éléments sont assez prévisibles mais il y a de vraies révélations et personnellement, j’étais tellement dedans que quand j’ai refermé ce livre (à onze heure et demi du soir, vraiment pas une bonne idée), je me sentais… absorbée. Vidée. Je réfléchissais à fond sur l’histoire en général, sur les personnages qui avaient évolué pour la plupart. J’en détestais quelques-uns au commencement qui sont maintenant mes chouchous. Je ne dirai pas que ce livre est un coup de cœur, mais il m’a définitivement donné envie de savoir la suite.

Lisez jusqu’au bout. Le jeu en vaut la chandelle (oui, oui, je ressors de vieilles expressions pour le plaisir… )

En + : J’ai fait quelques recherches un peu partout sur Internet (où les avis sont très diversifiés) et j’ai vu que Cassandra Clare était « à l’origine » un auteur de fanfiction (nous ferons sûrement un autre article pour expliquer ce phénomène plus tard) qui écrivait sur Harry Potter et qui a notamment rédigé un Dramione (abréviation du Draco/Hermione, une romance entre ces deux personnages…) qu’elle a ensuite retiré du web pour l’éditer, Draco Dormiens je crois. Là aussi les avis sont très mitigés mais ce qui ressort surtout, ce sont les accusations fréquentes envers C. Clare d’avoir plagié certains éléments de HP pour les incorporer dans The Mortal Instruments.

Il est vrai que The Mortal Instruments et HP ont d’énormes similitudes. Mais si on ne peut plus écrire sur un monde magique peuplé de créatures fantastiques issues de mythes et légendes internationaux comme les loups garous et les vampires, alors autant ne plus écrire du tout. HP n’a pas été le premier roman de tous les temps non plus. Est-ce qu’on accuse Stephenie Meyer d’avoir plagié Bram Stoker et son Dracula ? Non ? Bon (il est vrai aussi que Edward et le comte n’ont pas beaucoup de similitudes… XD)

Donc voilà pour la petite histoire (et félicitations à vous si vous êtes arrivés jusque là !)

Note :  4/5. Sans être un coup de cœur, j’ai vraiment beaucoup aimé ce premier tome. 4, pas possible autrement.

 Et vous? Un coup de cœur, le contraire?

Truc.

Publicités

3 réflexions sur “Lectures de Juillet (non exhaustives)

    • trucetnola dit :

      Ça ne m’étonne pas! Pour moi ça n’a pas été un gros coup de cœur mais je m’attendais à quelque chose de sympa, sans plus (peut-être à cause de la couverture aussi… :/ ) et finalement j’ai été agréablement surprise! 🙂
      Truc.

      J'aime

  1. Anaïs dit :

    Coucou, alors c’est marrant parce que moi j’ai beaucoup aimé le tome 1 de ANGE et je continue encore la série et je n’ai pas accroché pour The Mortal Instruments et pourtant j’ai adoré le film , donc je compte relire ce tome 01 parce que je ne m’en souviens plus du tout xD J’ai même commencé à regarder la série, mais je suis plutôt déçu des personnages :/.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s