Percy Jackson et les dieux grecs- Rick Riordan

percy-jackson-et-les-dieux-grecs-519261

Résumé:La mythologie ? Quelle barbe jupitérienne… Sauf si le jeune demi-dieu Percy Jackson se mêle de nous la raconter de l’intérieur. Parce que le garçon est vraiment bien placé pour en parler : son papa, c’est Poséidon, le dieu de la mer, un type pas vraiment commode.

Trahisons, complots, vengeances, incestes, cannibalisme, bains de sang, rapts et prises d’otages… des Titans à Hercule en passant par Prométhée, on ne s’ennuie jamais avec les Olympiens ! 

Avis: J’ai emprunté ce livre, pensant qu’il me distrairait autant que les précédents tomes de la série. Grand mal m’en a pris.

Qui ne connait pas ou n’a jamais entendu parler du célèbre Percy Jackson, demi-dieu « moderne » au sujet duquel l’auteur Rick Riordan a écrit une série de cinq livres (à laquelle il est actuellement entrain d’écrire une suite) dont les deux premiers tomes ont d’ores et déjà été adaptés au cinéma?

Cette série, sans se targuer d’être un chef-d’oeuvre littéraire est tout de même un ensemble de livres fantastiques relativement amusant et distrayant, avec un rythme assez entraînant, qui se destinent aux ados ou pré-ados. J’avais gardé un bon souvenir de la série (même si je ne justifie peut-être pas le franc succès qu’elle a rencontré) et ait été assez heureuse de trouver un tome bonus au sujet de la mythologie grecque (sujet que j’affectionne tout particulièrement).

Je ne peux néanmoins que m’avouer déçue devant cette masse d’une lourdeur insoutenable, qui m’a d’ailleurs vaincue puisque je n’ai pas réussi à la finir (chose n’étant certainement pas arrivée depuis près de deux ans). Heureusement pour moi ceci ne m’empêchera pas de construire ma critique puisque le livre est un ensemble d’histoire indépendantes abordant chacune un élément majeur de la mythologie grecque ou traitant de l’histoire d’un dieu en particulier.  Je dénonce pour cette histoire un humour lourd et lassant et relève une phrase de l’épilogue où alors que l’auteur fait parler Percy, son narrateur, je n’ai pu m’empêcher de penser qu’il  transparaissait un fond de vérité quand il écrit, dans un trait d’humour tout aussi lourd que les autres qu’il ne peut écrire sur tout les dieux  car  » pour ça, il faudrait que j’écrive un autre livre. (Surtout ne donnez pas de mauvaises idées à mon éditeur: j’ai eu assez de mal à finir celui-ci!) »  Alors? Plaisanterie au goût douteux ou cri du cœur d’un auteur qui se rend compte qu’il vient de signer une de ses plus mauvaises œuvres publiées?

Néanmoins je ne souhaite pas démolir ce livre sans émettre une réserve: peut-être cette littérature s’adresse-t-elle à un publique bien moins âgé que moi… Sans doute ne faudrait-il le conseiller qu’aux élèves en fin de primaire et aux collégiens?

Note:  1/5 parce que c’est toujours ça de pris pour la culture générale…

Nola.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s