Les liaisons dangereuses – Choderlos de Laclos

Les Liaisons dangereuses – Choderlos de Laclos

Afficher l'image d'origine

Mon avis : Pas de résumé pour cette fois, tout simplement parce que la quatrième de couverture de l’édition que j’ai présente un extrait de lettre que je trouve très révélateur du dénouement final. Ça m’ennuierait de vous gâcher la lecture (sachant que le préface de l’éditeur de 1782 m’a déjà bien spoiler la fin du roman…)

Donc, les Liaisons dangereuses… Il s’agit d’un roman épistolaire écrit par Choderlos de Laclos, militaire et écrivain du siècle des Lumières qui a beaucoup fait parler de lui avec cette œuvre scandaleuse pour l’époque (les pauvres, s’ils voyaient Cinquante nuances de grey aujourd’hui…) Dans certains passages du roman, l’éditeur de la première publication disait qu’il s’agissait d’un recueil de lettres retrouvées et donc pas d’un roman de Laclos. Comme je ne trouve pas de confirmation sur Internet, pour moi, c’est un roman (je préfère penser ça aussi !)

Toute l’intrigue est découpée en quatre parties, les deux premières parties lentes et longues. Le décor prend peu de temps à se mettre en place mais pour ce qui est de faire évoluer l’action, qu’est-ce que c’est long !

Les quatre personnages phares sont la marquise de Merteuil, trentenaire veuve égoïste et manipulatrice à souhait (comment ça, je ne l’ai pas aimé ?! ), le vicomte de Valmont, un beau menteur et manipulateur lui-aussi (mais que j’ai particulièrement adoré!), Madame de Tourvel, une « chaste » femme (comme on nous le répète sans arrêt), Cécile de Volange, la jeune ingénue à qui on a envie de mettre des claques (et pas qu’un peu !) et enfin Danceny l’amoureux transi de Cécile qui passe son temps à lui faire la cour.

Toute l’histoire est basée sur ces cinq personnages principaux, leurs interactions, leurs amours, leurs inimitiés… leurs relations, en somme.

Pour être franche, au début, ça n’avance pas. Entre les amours qui naissent, les « je t’aime, moi non plus », les manipulations, les personnages fourbes à tous les coins de rue et tous ceux qui restent aveugles devant ce qui saute aux yeux, je n’étais pas franchement enthousiaste. Les liaisons dangeureuses, c’est 513 pages de lettres. Restons motivées !

Par contre, à partir de la deuxième partie, tout s’accélère et j’étais vraiment dans ce que je cherchais ; j’ai retrouvé les coups tordus, l’intrigue bien ficelée et la fin inévitable que je voulais. Oui, à partir de 200 pages, je trépignais comme une folle !

J’ai toujours du mal à me dire que ce livre a été écrit au XVIIIème siècle. L’histoire fait partie du mouvement libertin de l’époque, avec des allusions qui faisaient hurler dans le temps (le bon vieux !) mais qui ne choquent plus personne maintenant !

N’empêche, un livre à lire. Valmont, Valmont, Valmont ! Ces lettres sont les meilleures, toujours tournées différemment selon la personne à laquelle il s’adresse. Ce personnage est tout simplement génial. Vivant, aussi. Je n’ai aucun mal à me dire que John Malkovich l’interprète dans le film du même nom sorti en 1988 et dont on ne me dit que du bien, d’ailleurs ! Le rôle doit lui aller comme un gant. Ce personnage est aussi bien rusé, auto-critique, égoïste, manipulateur, fin, profiteur, intelligent que déstabilisant et détestable. Par moment, j’avais une envie folle de le taper, et je ne parle pas de Mme de Merteuil !

Certains passages du livre sont un peu longuets mais, finalement, c’est une très bonne lecture que je conseillerai à tout le monde, car ce roman a tout ce qu’il faut pour tenir en haleine le lecteur du début à la fin, avec une panoplie de personnages profonds, des intrigues à tomber par terre et un contexte historique parfait de réalisme, puisque le roman est d’époque !

Une perle à découvrir !

Note : 4/5. Le roman aurait mérité d’être moins long sur le début, au bout de 200 pages quand rien n’avance, c’est un peu lourd…

Pour finir, une petite bande annonce dénichée par hasard du film du même nom sorti en 1988:

Truc.

Publicités

2 réflexions sur “Les liaisons dangereuses – Choderlos de Laclos

  1. Law Moody dit :

    Un des livres que j’ai eu à lire pour les cours que j’ai le plus apprécié.

    Je suis d’accord sur les débuts un peu longuets qui ont failli à l’époque me décourager.

    Cependant un classique que j’adore, le film également.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s